Caprice et opposition : début du Terrible Two ?

Caprice : Volonté soudaine, irréfléchie et changeante de quelqu’un, parfois d’un animal.

D’après ce que j’entends autour de moi, un enfant capricieux est un enfant qui teste ses parents (donc c’est réfléchi puisque l’enfant en question nous teste de sa propre volonté, on est d’accord). Hors, la définition (du Larousse, hein), est totalement en désaccord avec vos dire, vos pensées et vos regards (oui, je les vois). Hors, le caprice, selon sa définition, serait « irréflechi ». Comment un enfant qui nous teste serait en mesure de le faire sans même se donner la peine de réfléchir ? Du coup, on se met d’accord ou pas ? Parce qu’il faudrait savoir à un moment quand même !

Le mot caprice est sur-utilisé par tout la société parce que selon cette dernière, ton enfant doit t’obéir au doigt et à l’oeil et plier le genou lorsque tu lui ordonnes quelque chose (comme les chiens, oui). C’est aussi pour ça qu’on entend les termes « mal-élevé », souvent de la part de gens que tu croises pour la première fois de ta vie, en public, qui ne te connaissent ni d’Eve, ni d’Adam, qui ne connaîssent pas ton môme, mais qui savent mieux que personne qu’il est « mal-élevé ». Souvent ce sont des personnes âgées (une autre époque quoi, on ne va pas parler de la place de l’enfant il y a quelques décennies ici), ou des gens qui n’ont pas d’enfants (et eux, ce sont mes préférés).

Bref, revenons au caprice.

Selon des spécialistes (je n’ai pas toujours confiance en eux, mais ce qu’ils disent à ce propos est loin d’être con), le caprice (je n’aime décidément pas ce mot qui ne veut rien dire) commence à arriver entre 18 mois et 4 ans (selon l’avancée du langage de l’enfant). En gros, ça arrive quand l’enfant sait S’EXPRIMER avec des mots pour dire pourquoi il n’est pas content ou pas d’accord.
Pour d’autres spécialistes, ce n’est pas avant 3 ou 4 ans, dès que l’enfant sait EXACTEMENT EXPRIMER son mécontentement (avec plus de mots quoi). Dans les deux cas ça me paraît logique (le second un peu plus car l’enfant parle mieux dont peut expliquer plus précisément la raison de son opposition).

Donc déjà, on va mettre une chose au clair dès maintenant : NON, ton bébé de 2 mois ne fait pas un caprice quand il pleure, son cerveau n’en est pas capable (même si tu élèves le futur Einstein), ni à 6 mois ou à 9 mois, d’accord ?

Puis même, ce mot me dérange. Quand un enfant est en opposition, pourquoi ça serait forcément un caprice ? Je veux dire à quel moment quelqu’un peut juger si ton enfant fait un caprice ou est tout simplement en colère (à part les parents bien évidemment, mais généralement, ça vient de l’extérieur) ? Cette personne éduque l’enfant en question pour en juger ? Non. Ça serait donc bien que certains se la ferment un peu et s’occupent de ce qui les regarde.

Prenons le cas pour un adulte : Quand toi, tu n’es pas content, que tu t’opposes à quelqu’un d’autre, que ça t’énerve et que tu te mets en colère, on va te dire que tu fais un caprice peut-être ? Imagine qu’en plus de ça, tu sois fatigué, que tu te mets à t’énerver un peu plus (voire pleurer pour certaines personnes). Ce n’est toujours pas un caprice ?
Et bien non. Pourtant, tu as exprimé ton opposition, tu t’es mis très en colère. Mais comme toi tu sais l’exprimer par des mots (car tu es un adulte), et bien ça passe.

Tu as déjà entendu un enfant lambda de 18 mois/2 ans parler ? Si tu n’es pas son parent, tu ne le comprendras parfois même pas (d’ailleurs Gabriel qui a 18 mois ne dit que 2/3 mots). Comment veux-tu qu’il s’exprime autrement que par des pleurs, des gestes incompréhensibles (oui parce que clairement, les adultes sobres ne se mettent pas au sol à la moindre contrariété) si la parole est encore en apprentissage donc floue ?

On va ajouter une chose à tout cela : chaque enfant est unique et est plus ou moins caractériel/docile et ce n’est pas une question d’éducation, c’est une question de caractère.
Alors quand j’entends « Le mien n’a pas intérêt à faire ça ! », ça me fait doucement rire. Sinon quoi ? Qu’est ce que tu vas faire de plus que les parents qui ont ce souci et qui pourtant éduquent leurs enfants du mieux qu’ils peuvent ? Sinon quoi, hein ? Il n’y a pas de solution miracle, juste apprendre à se comprendre et comprendre ensemble l’opposition, et c’est un travail de tous les jours, qui peut être long.

Cette période d’opposition est associée au fameux TERRIBLE TWO, la crise des deux ans qui peut s’inviter dans la vie de ton enfant entre 18 mois et 3 ans environ. C’est le pic du pire soit disant, et je pense qu’on commence à peine avec Gabriel, donc, d’ici quelques mois, on va en chier. Je vous invite à lire l’article : Je la redoutais, je n’ai pas pu l’éviter de Virginie – Ma Breizh Family. ♥
Il faut savoir aussi que l’opposition, les crises systématiques tout ça, c’est normal dans le développement de l’enfant. 99% d’entre nous n’aurons rien fait de mal dans l’éducation de nos enfants (même si parfois on le pense réellement, encore plus grâce à tous ceux que je nomme).
Chez certains enfants, ça se verra moins, chez d’autres, beaucoup plus, question de caractère, toujours, et j’en ai déjà parlé dans l’article : J’élève une terreur.

Alors, je suis loin de dire que Gabriel est un ange, il commence à faire quelques caprices, mais je sais également que ça n’est pas systématique (parce que tu vois, je connais mon enfant mieux que personne), et que quand j’entends « Oh le caprice ! » alors que je sais que ça n’en est pas un (parce que je l’ai entendu plusieurs fois depuis qu’il a 6/9 mois, lol), ça me met un peu en rogne. Mais comme je suis civilisée, je préviens d’abord avant d’attaquer (je grogne avant de mordre quoi).

Vous aurez compris, le mot caprice me débecte (à force de l’avoir entendu), et mon petit doigt me dit que je vais l’entendre encore pas mal de fois…

Mais pas de panique chers parents, ça passe vers 3 ans, avant de revenir avec le doux nom de F**king four, puis Crise d’adolescence. Ça fait rêver, hein ?

Laetitia

Illustration : Grumeautique

25 commentaires sur “Caprice et opposition : début du Terrible Two ?

Ajouter un commentaire

  1. Parce que je l’ai vécu avec mon premier fils, j’y suis préparé. « Winter is coming » comme dirait l’autre.

    Mais au fond de moi, je sais également que comprendre l’émotion de son enfant au moment où il cherche à s’affirmer permet de l’aider et de nous aider.

    C’est pourquoi je voulais te remercier pour cet article.
    Merci à toi d’avoir mis le doigt sur ce terme « les caprices » qui résume parfaitement le simple fait que notre enfant est en plein développement et que tout ce qu’il vit, tout ce qu’il fait n’est qu’expérience et apprentissage de la vie. Et quand on le voit sous ces formes positives, il est plus difficile pour nous de répondre par une attitude négative lors qu’une expression de sentiment apparaît.

    Aimé par 1 personne

    1. Wahou, merci pour ce commentaire. ❤️
      J’ai tellement de mal à faire comprendre que c’est une phase de développement normale et que c’est trop simple de tout définir par un caprice.
      Ça s’est passé comment avec le premier pour toi ? Je suis preneuse de tout témoignage qui pourrait nous aider à affronter cette étape. 😘

      J'aime

      1. Honnêtement ? Pas comme je l’avais rêvé…
        C’est déjà dur de l’avouer, ça l’est encore plus quand j’ai réalisé avec l’expérience, avec des lectures et recherches qu’il suffisait de travailler sur moi-même pour que mes enfants s’épanouissent d’une manière exponentielle.
        J’étais bien trop carré, bien trop enclin à vouloir imposer ma façon d’éduquer. Et finalement d’oublier complètement qu’en face de moi, il y avait encore un grand bébé derrière son air de petit enfant. J’aurais tendance à proposer de redéfinir clairement nos bases d’éducation. Prendre le temps d’imaginer que notre enfant est en crise, que nous sommes dans une mauvaise journée, une couche de stress, et de prendre du recul avant que cela n’arrive pour imaginer les solutions qui nous parlent. Parce que le jour où une vraie crise arrivera (et elle arrivera, quelle que soit l’éducation), si nous avons déjà une solution a essayer en tête, elle nous viendra plus naturellement.
        Je pense aussi qu’il ne vaut pas s’en vouloir si on n’est pas toujours 100% parfait et au lieu de culpabiliser, utiliser cette énergie qui bout en nous pour se relever et s’assurer que la fois d’après on gère un tout petit peu mieux que la fois d’avant. Un pas à la fois.
        Après, mon second fils n’a que 14 mois, on y arrive tout doucement mais on a encore le temps. Je vais donc aussi devoir appliquer mes propres conseils d’ici peu !
        Je ne sais donc pas comment je réagirai mais j’espère du fond du coeur être un petit peu mieux chaque jour pour l’aider au maximum de mes capacités.

        Aimé par 1 personne

      2. Merci pour cette expérience. Je pense qu’il faut que je déculpabilise en public dans un premier temps. J’ai encore du travail à faire là dessus, même si bizarrement, il se tient mieux en public qu’en privé. La nounou me dit qu’il est tranquille, caractériel et têtu mais il comprend et écoute. À la maison c’est pas le même bonhomme mais bon, j’ai bien compris que son père et moi sommes ses figures d’attachement.
        Je te souhaite de mieux gérer avec le second, les mois passent vite.

        J'aime

  2. Merci beaucoup.
    Je crois que c’est universel le fait qu’un enfant exprime davantage ses sentiments avec ses parents qu’en public ou qu’avec d’autres personnes. Ce point-là, je sais qu’il y a des gens qui s’en offusquent, moi je le prends comme un beau compliment : « Papa, Maman, c’est avec vous que je me sens le plus à l’aise et avec qui je peux être moi-même sans peur de l’abandon même si être moi-même signifie exprimer ma colère ».

    Aimé par 1 personne

  3. Personnellement je n’ai pas d’enfant mais ça fait quelques mois que le mot caprice me sort par les yeux. Parce qu’il est associé à la manipulation. Or un enfant ne manipule personne. Il exprime juste ses besoins, ses émotions et ses sentiments d’une manière différente de la nôtre. D’une manière qu’on ne comprend pas forcément alors ça nous frustre.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est exactement ça et c’est super qu’une personne sans enfants le comprennent. Alors évidement l’enfant va tester pour essayer d’obtenir gain de cause mais c’est normal, c’est qu’il évolue. Le mot caprice c’est la facilité. 😘😘

      J'aime

      1. En fait, j’aime bcp la psychologie. Et les blogs m’ont amenée à apprendre des choses sur la parentalité positive. A voir au delà des clichés (parents laxistes, tout ça…), à creuser pour savoir ce que c’est vraiment. Et il y a aussi une part liée a mon éducation je pense, très à l’ancienne, sans réelle prise en charge des émotions. Et que je n’ai pas envie de reproduire. Donc je cherche des modèles alternatifs.

        Aimé par 1 personne

      2. C’est une très bonne chose de ne pas reproduire l’ancienne éducation. L’enfant n’avait pas la même place qu’aujourd’hui et ça dérange les anciennes générations ou ceux qui sont restés sur ce système éducatif. C’est vraiment dommage.

        J'aime

  4. Merci! Et encore une fois merci. Il n’y a pas une solution unique mais une pour chaque enfant. Pour Joy quand elle est en période d’opposition (ce qui à était super rare) la première fois à 4 ans il a fallut reposer le cadre et reposer les limites c’est ce qu’elle attendait de nous je dirait qu’on lui retrace le chemin qu’elle pourrait explorer sans danger et avec amour. Une fois les limites redéfinies et maintenues elle nous à dit qu’elle se sentait mieux, protégée et moins perdue. Pour Lexie ça a commencé beaucoup plus tôt on en a parlé. griffer sa sœur sans raison, taper, jeter par terre, se jeter en arrière, balancer son assiette,… Et après de multiples et diverses technique celle qui à l’air de fonctionner c’est de l’isoler au calme dans sa chambre avec ces affaires et ces jouets. Bon on échappe pas a un lancé de stylo ou un griffonnage de feuilles d’impôts au feutre mais ça reste des « bêtises » de bébés. Je lui dit pas « c’est bien chérie » mais je l’engueule pas je lui explique qu’il y a des supports spécifique pour écrire !lol. Enfin il y à aussi un truc elle s’est mise à parler presque d’un coup pas 100 mots non plus mais assez pour pouvoir verbaliser et ça aide grave de chez grave… Allez courage c’est juste 6/7 ans sur 18!!! Bisousss

    Aimé par 1 personne

    1. Oui on en avait parlé ! Chaque enfant est différent comme tu dis, donc c’est impossible de savoir d’avance comment procéder. Ici, il ne parle pas, même s’il s’exprime et se fait comprendre beaucoup mieux avec les intonations depuis un moment. Parfois ça nous sauve mais c’est quand même compliqué de comprendre exactement le soucis. On va finir par trouver une solution. En ce moment il est malade donc c’est trop compliqué, mais il a une bonne excuse. 😘❤️

      J'aime

  5. Très chouette article, bravo à vous. En effet, les gens ont tendance à oublier que les enfants sont des personnes normales, et qu’ils ont des émotions qu’ils ont droit d’exprimer. On va dire d’un adulte qu’il a du caractère, d’un enfant qu’il est capricieux. Et puis mince, on les gère comme on veut nos enfants, c’est notre probleme non ?
    Bon courage à vous.

    Aimé par 1 personne

  6. Ah ce que je n’aime pas ce mot caprice non plus, surtout à l’âge de nos enfants. Je pense simplement qu’ils essayent d’exprimer leurs émotions et leur mécontentement sans savoir comment le faire ou le gérer. Comme ton enfant, le mien ne dit pas vraiment de mots distincts, par conséquent une frustration il l’exprime en pleurant ou en râlant mais je n’estime pas pour autant qu’il fasse un caprice.
    Par contre c’est vrai qu’en devenant parent le regarde change. Autrefois j’aurais pu regarder cette mère dont l’enfant pleurait ou criait en public en la jugeant, aujourd’hui je peux la comprendre 😀
    Bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Ah mais c’est ça ! À cet âge, ils commencent à peine à tester donc c’est une étape normale du développement. Mais ce mot est trop simple à utiliser donc tout le monde le fait. Mon homme me dit qu’en fait tout un plat mais je ne trouve pas. Pourquoi j’accepterai qu’on juge mon enfant qui ne peut pas se défendre seul ? C’est mort. 😂

      J'aime

  7. Pfiou!!!! Je l’aime de tout mon cœur mais c’est pas évident !!! Les crises par moment c’est vraiment anxiogène …. arf… vivement les 3 ans 😂😂😂😂 mdrrrr c’est sur c’est une phase du développement et comme tu le mentionnes (pcq j’étais un peu en doute) on se demande ce qu on a foiré! Pcq l’ange qui se transforme en démon c est pas tjs easy

    Aimé par 1 personne

      1. C’est difficile je trouve quand même… trop de confusion entre l’impuissance , la remise en question, la fierté puis la déception (de soi hein) … j’avoue ça met les nerfs à rudes épreuves 😂 mais ouais on les aime trop trop trop!!!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :