Ma grossesse, ce que j’ai aimé, ce que j’ai détesté.

Gabriel aura 2 ans en mai, ma grossesse commence à remonter et pourtant, je suis parfois très nostalgique de ces 9 mois de cohabitation. Comme toutes les grossesses, il y a eu des hauts et des bas, mais je vous laisse découvrir tout ça plus bas. J’ai décidé de poster des photos directement de mon compte Instagram qui était presque neuf à l’époque et qui me repolonge dans une certaine nostalgie. ♥

On va commencer par les mauvais moments et garder le meilleur pour la fin !

J’ai détesté :

  • Vomir du réveil au coucher durant le premier trimestre. Et oui, j’ai fait partie de ces femmes aux nausées/vomissements et malheureusement pour moi, c’était toute la journée. Je me revois encore courir dans les WC au boulot, devant le regard ahuri de mes collègues masculins, et le regard compatissant de mes collègues féminines.
  • Le prélèvement sanguin mensuel grâce à mon amie la toxoplasmose. Les non immunisées compatiront. D’ailleurs, j’ai loupé celle post-accouchement, oups !
  • Les cystites. J’ai du en avoir 5 ou 6, je n’en pouvais plus. D’ailleurs, la première cystite m’a valu une visite surprise aux urgences maternités car j’avais très mal au bas ventre et je ne savais pas d’où ça venait.
  • Les « fausses » contractions. J’en ai eu assez tôt à 4 mois et demi il me semble, pendant le boulot (3 étages à monter et descendre plusieurs fois par jour). J’ai donc été arrêtée jusqu’à la fin de la grossesse et miracle, plus de contractions avant le 9e mois.
  • Le test de diabète de grossesse. Avec mon by-pass (voir J’ai vaincu l’obésité grâce au by-pass.), je ne peux pas avaler une grosse quantité de sucre sans faire un dumping syndrome (en gros ça me provoque des nausées, malaises et autres trucs super agréables). Donc ce machin sucré au goût d’agrume chimique m’a rendu malade à m’en déclencher des spasmes au bas ventre tout le reste de la journée. Le pire c’est qu’il a été faussé par mon by-pass et que j’ai du le refaire sous forme de dextro (la fameuse piqûre sur le bout du doigt et le sang sur la bandelette). Je n’évoquerai pas ma gynéco proche de la retraite qui voulait me mettre au régime quand même (au cas où) alors que j’avais une glycémie normale (voire basse).
  • Soulager les contractions avec du Spasfon. On en parle? (:
  • Les touchers vaginaux presque tous les mois. On en parle aussi ? (:(:
  • Sentir mon bassin s’élargir. C’était une sensation réellement bizarre et pas très agréable. D’ailleurs, j’ai le basin plus large depuis mon accouchement, mais ça, j’adore car je n’avais pas de taille.
  • Les jambes lourdes et engourdies. Celles qui vous réveillent la nuit, celles qui vous font aller commander des chaussettes de contention glamour. 

View this post on Instagram

Vous avez dit glamour ? N'empêche, je sens déjà que ça me maintient bien mes mollets flasques ces chaussettes de contention, en espérant que ça me soulage assez pour que je dorme enfin la nuit ! Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de ma maman, et mes parents arrivent ce soir chez moi (ils vivent en région parisienne comme toute ma famille et moi à Bordeaux) alors je vais faire son gâteau d'anniversaire ! Je suis impatiente de les voir ! 😍 Week-end en famille pour moi, et repas chez ma belle famille avec mes parents dimanche pour Pâques ! Il faut que je trouve la motivation (et que je motive mon chéri à se mettre au ménage aussi)! 😁 Vous avez prévu quoi ce week-end ? #grossesse #enceinte #famille

A post shared by Mouleflex (@mouleflex) on

  • Les insomnies de fin de grossesse. Je pense que ça touche 90% des femmes enceintes, donc on se comprend. Puis comme on attend un bébé, on n’a pas le droit aux médicaments pour nous aider à dormir, par contre on a le droit à cette phrase que je déteste « Profites-en pour te reposer, tant que bébé n’est pas là ! » Si seulement…
  • Ma balance. J’étais obsédée par mon poids, de peur de reprendre tous les kilos que j’avais perdu. Finalement, j’ai pris 10kg que j’ai reperdu.
  • Les gens qui font semblant de ne pas te voir avec ton énorme bidon de 8 mois. Allez vous faire cuire l’anus, cordialement.
  • Chercher un logement en urgence. On allait être « à la rue » un mois après l’arrivée de Gabriel donc j’ai passé une bonne partie de ma grossesse à angoisser, mais on a trouvé 3 semaines avant le terme.
  • Déménager à 10 jours du terme. J’ai accouché une semaine pile après notre emménagement, alors je peux vous dire que de faire les cartons pendant que Pantouflex et les hommes de la famille faisaient les travaux en express, c’était du sport ! 

View this post on Instagram

38SA (bah oui, il est 1h du matin). Ah ce joyeux bordel organisé dans lequel nous vivons ! C'est l'appartement #Tetris ici ! Le pire c'est qu'on ne déménage que dans 10 jours, mais on a tellement peur que bébé se pointe avant qu'on préfère faire le maximum de cartons rapidement, au cas où. On signe le bail mercredi, et on commence les travaux directement (peintures et compagnie) donc je vais éviter d'inhaler les valeurs toxiques (bien qu'en ce moment j'adore ce genre d'odeur). Ça nous laissera une petite semaine pour faire tout ça, et je souhaite bonne chance à mon homme qui va y passer ses journées ! 😁 Ce soir, j'ai mal partout, des cervicales aux mollets en passant par le bidon et la sciatique. Par contre, malgré mon ventre bien bas, je n'ai qu'une ou deux contractions par jour, le soir en général. C'est plutôt rassurant ! Là, je galère encore pour dormir malgré la fatigue alors je larve sur le canapé avec mon chat. J'espère que Morphée va bientôt passer. 😪 Bonne nuit aux chanceuses, bon courage aux insomniaques ! 😘 #grossesse #enceinte #cartons #demenagement #contractions #insomnie

A post shared by Mouleflex (@mouleflex) on

Ca fait beaucoup mais finalement, ce ne sont que des détails, des banalités de femme enceinte. Place au meilleur !

J’ai adoré :

  • Dormir profondément et pendant 10h minimum le premier trimestre. Moi qui ai des soucis de sommeil depuis plus de 10 ans, j’ai tellement adoré ce moment. Mon premier trimestre se résumait à vomir et dormir. Dormir c’est la vie ! Même durant le second trimestre, je m’endormais en plein milieu des travaux chez mes beaux-parents cachée sous une tonne de plaids derrière des cartons sur le canapé. Moi qui me réveille au moindre bruit, à ce moment là, je n’en avais rien à faire, je pionçais !
  • L’investissement de Pantouflex pendant ma grossesse. Il m’a accompagné à toutes les échographies, à presque tous les cours de préparation à l’accouchement, m’a rassuré tous les jours, m’a écouté chouiner avec les hormones, me dorlotait, bref, il a été d’un soutien sans faille. Et je peux vous dire qu’il a assuré le jour J, un vrai super papa ! ♥
  • Le déménagement de mes voisins. Entre les chansons gypsy à 2h du matin en pleine semaine sur le balcon, les hurlements quotidiens, le fait qu’ils grimpaient par notre balcon (rez-de-chaussée) pour aller sur le leur tout le temps, les ordures qu’ils jetaient par dessus leur balcon et qui atterrissaient devant nos fenêtres, les mégots allumés qu’ils jetaient sur Pantouflex quand il allait gueuler, la peur au ventre quand j’étais seule à la maison, … j’étais bien contente que quelques jours après l’annonce de ma grossesse, ils soient virés du logement (après une pétition).
  • Être chouchoutée par les proches. Leur regard bienveillant, leurs attentions, toutes ces petites choses m’ont fait beaucoup de bien. ♥
  • Mes cheveux. J’avais le poil soyeux les amis, je jouais la nana des pubs pour shampoing histoire de me la raconter. 
  • Les échographies. On en a eu 9 en tout et la toute première nous a donné le surnom de Gabriel. J’étais à 5SA et on ne voyait que la poche embryonnaire, du coup, Gabriel a été surnommé « Poche » jusqu’à ce qu’on sache le sexe et donc son prénom. Je me souviens de mon angoisse dans la salle d’attente à chaque échographie, je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours eu peur qu’on m’annonce une mauvaise nouvelle, et cette joie quand finalement tout allait bien (grosse pensée pour mes mamanges).
  • Les chewing-gum menthe forte. Ca m’a sauvé au boulot car ça me permettait de retarder un peu le vomito.
  • Sentir bébé bouger. Comme tout le monde non ? C’est ce qui me rassurait, ce qui me faisait me sentir vraiment enceinte et aussi ce qui me réveillait la nuit. J’ai adoré cette sensation unique qui me manque parfois beaucoup.
  • Ne prendre que du ventre. De dos, a part pour la démarche, on ne voyait pas que j’étais enceite, et ça, c’était le bonheur. Bon, j’ai pris aussi des seins évidemment. 
  • Le regard de Pantouflex sur moi. Il trouve que les femmes enceintes sont magnifiques, qu’elles ont une sorte d’aura, alors imaginez le regard qu’il a eu sur moi, sa propre femme enceinte de son enfant !
  • Les Kinder Delices, le jus de pomme, les raviolis en boite et les hamburgers surgelés. Ouais, c’est un combo assez particulier mais il y a une explication. Les Kinder Delices m’ont suivi toute ma grossesse, il m’en fallait au moins un par jour. Le jus de pomme a été durant le 1er trimestre, après, j’en étais écoeurée. Les raviolis en boite et les hamburgers surgelés, c’était la dernière semaine de grossesse, allez savoir pourquoi !
  • Les bains. C’était le seul moment où je me sentais légère, où j’avais moins mal au dos et aux jambes. D’ailleurs Pantouflex me surnommait « petit baleineau ».
  • Les cours de préparation à l’accouchement. La sage-femme qui les faisait était géniale, les cours étaient ludiques, j’ai appris beaucoup de choses et je m’en suis servie le jour de mon accouchement, surtout la sophrologie qui m’a permi de me recentrer sur mes contractions pour mieux pousser quand le moment était venu.
  • Me balader en exposant mon gros bidon. J’en étais fière, je me promenais la tête haute, toute souriante ! 

View this post on Instagram

40SA. ❤ #grossesse #enceinte #mamanpourmai2016

A post shared by Mouleflex (@mouleflex) on

  • La maternité de Bordeaux-Bagatelle. J’ai eu tous mes suivis gynéco et mes cours de préparation à l’accouchement là-bas et pour le second (un jour peut être) ça sera là-bas aussi.
  • Mon accouchement. J’ai eu un accouchement parfait, réellement j’étais loin de me douter qu’il serait aussi génial. Contractions gérées jusqu’à la péridurale, 5 minutes et 3 poussées, pas d’épisio, un bébé en pleine forme, magnifique, tout rose, tout beau. Puis un papa avec ce regard que je n’oublierai jamais, ce regard débordant d’amour et de fierté… Une merveille! ♥ (voir Grossesse et accouchement, chamboulement et nouvelle vie.)

Les moments que j’ai adoré sont tellement puissants face aux mauvais moments que je ne peux qu’avoir apprécié ma grossesse. Tout ce que j’ai pu faire ou subir dans le passé m’a mené à la naissance de mon fils, et comme mon chéri le dit si bien, on ne peut regretter ce passé, car c’est lui qui a fait ce que nous sommes jusqu’à l’arrivée de notre fils. C’est beau, hein ? ♥

Et vous, avez-vous apprécié votre ou vos grossesses ?

Laetitia

4 commentaires sur “Ma grossesse, ce que j’ai aimé, ce que j’ai détesté.

Ajouter un commentaire

  1. Et ben dis donc… T’en as eu des aventures ! Je dois dire en ce qui me concerne qu’à part le premier trimestre, ça a été génial et ça a roulé tout le long !

    Le premier trimestre, grosse déprime, beaucoup de questions, doutes,… Moi qui suis de nature positive et (très) speed, j’ai eu du mal à gérer la montée d’hormones et la fatigue. Pas de vomito mais des vertiges en matinée et des nausées seulement. J’ai d’ailleurs compris dés le jour présumé de mes règles qu’il y avait un truc qui clochait et que si ça ne venait pas, je devrais passer un test. Bingo ! C’était bien ça ! Avantage: en tant qu’aide-soignante, j’ai été arrêtée à 10 semaines environ et je ne recommence que le 12 de ce mois ci (soit 5 mois après mon accouchement et un an après mon arrêt).

    C’est à l’écho du premier trimestre qu’il s’est passé comme un déclic et que tout à commencer à être beau et facile.
    Comme toi, j’ai déménagé pendant ma grossesse, au début du 8éme mois. C’est sport… Surtout quand tu peux pas t’empêcher de faire plein de choses que tu devrais pas genre monter les meubles Ikea ou peindre 100m² à toi toute seule. Résultat: 2 canaux carpiens HS jusque 4 semaines post partum. Sinon aucun soucis, tout allait bien et bébé était prévu avec un poids de 3kg 200-500…

    Par contre ça s’est corsé à la fin. Ma grand-mère est décédée 3 jours avant mon terme et les contractions ont commencées… Après plusieurs allers-retours à la maternité pour où l’on me dit « c’est pas pour maintenant » et 50h (oui, 50 !!!) de contractions, le travail à enfin commencé ! Autant te dire que j’ai vite pris la péri ! Après 13h sur la table qui m’ont parue suuuuper cool, il est arrivé…. avec ses tous petits 2kg600… Mais le travail était top ! Même si c’est loin de chez moi, j’y retournerais: table d’accouchement physio, lumière tamisée jusqu’au bout, baignoire pour celles qui veulent, j’ai accouché sans étrier, en position semi couchée avec juste mon homme, ma gynéco et une autre gyné (la sage-femme était trop occupée). Ah oui ! Petit détail : en Belgique, c’est les gyné qui nous suivent et nous accouchent. Les SF font les soins pendant le travail, aident à l’accouchement et après seulement.

    Bref, c’était en général super chouette cette grossesse. C’est après que les choses se sont compliquées mais on en sort doucement et c’est une autre histoire…. 😉

    A bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. Bah quand même, c’était une sacrée aventure ! Je suis désolée pour ta grand mère, ça ne devait pas être simple pour toi. Tu as bien du être contente quand bébé était enfin dans tes bras ! ❤️ Ça va pour la reprise, tu te sens prête ? Les congés sont plus longs en Belgique non ? En tout cas merci pour ces détails, c’est super de vivre les accouchements des copines blogueuses ! 😘😘😘

      J'aime

  2. Olala des prélèvements sanguins tous les mois, des touchers vaginaux à gogo, c’est sur que ça doit pas être drôle, je comprends. J’étais pas non plus immunisée contre la toxo mais je n’ai jamais eu besoin de faire des prélèvements réguliers — en fait, c’est même moi qui ai dû les supplier pour avoir un test pour savoir si j’étais immunisée (je le raconte sur mon blog). Et zéro touchers vaginaux. Cette sur-médicalisation est parfois néfaste je trouve.

    Aimé par 1 personne

    1. Pour la toxoplasmose, j’étais bien contente que ça soit sur médicalisé car j’ai deux chats à la maison donc c’était plus sur.
      Pour les TV je m’en serai passée mais comme j’ai eu des contractions tôt et des saignements au 6e mois, ils préféraient vérifier que tout aille bien.
      Après pour l’accouchement, ça a été tranquille et la sage femme m’a vraiment laissé gérer donc ouf ! 😁

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :